Adieu Manu!


Aujourd’hui on m’apprend ta mort. Toi notre ami. Bien sûr on s’était perdu de vue, comme on dit, à ton divorce. Votre divorce. Vingt ans d’amour, une vie de couple pleine de passion. Votre divorce avait été un coup en plein coeur. Le premier dans notre cercle d’amis. Votre amour si intense. Mais elle n’en pouvait plus d’essayer de te sauver de tes démons. Elle même luttait contre sa propre fragilité et elle a choisi la vie. Elle était mon amie. Toi aussi. Mais les divorces ne séparent pas que ceux qui s’aiment mais aussi les amis du couple brisé. Je devinais quel devait être ta peine, je n’ai pas eu la force de t’appeler.

Comment trouver les mots face à tant de dévastation? Elle était ta boussole; ta lumière. Ne restaient plus que tes échappatoires habituelles et fatales, la drogue, l’alcool... comment tu as dégringolé, je ne le sais pas en détails. Tu n’as plus eu envie de te battre. Tu n’as plus eu d’autres solutions que te noyer dans ce qui jusque là t’avait un peu aidé à colmater tes souffrances intérieures. Et pourtant tu savais aider les autres, tu avais été ambulancier puis aide-soignant, de longues années. Que s’est -il passé pour que tu te retrouves sans travail, dans la dèche, sans rien, avec pour seul objectif que l’achat de tes doses...?

Je ne t’ai pas revu depuis le divorce...mais jamais je n’ai oublié ton regard intense, cet amour que vous aviez, l’appartement que vous aviez acheté et arrangé avec soin et douceur... ton sourire aux yeux plissés, ton intensité, nos plaisanteries complices.

Mais tu es parti dans cet ailleurs de souffrance, de drogue et d’alcool. Un ailleurs de violence intérieure. Je redoutais bien ce jour où j’apprendrais ton départ. Ailleurs, d’où on ne revient pas. Es-tu mieux dans cet ailleurs? Si ton âme existe encore, si ton esprit flotte encore, je crois que tu préfères ça. A ton lent suicide à petit feu.

Non tu ne méritais pas ce destin douloureux. Non! Alors que les anges te soient doux pour t’apprendre à voler. Voguer dans le bleu infiniment doux. Que les vagues te bercent à tout jamais au paradis des enfants mal aimés, Manuel...




Texte et photo : Natacha Karl

#prose #hommage #amitié #deuil #mort

22 vues

© 2023 par EK. Créé avec Wix.com

  • SoundCloud / Natacha Karl
  • Google+ Icône sociale
  • Deezer La musique que j'aime
  • Natacha haïku Instagram
  • Facebook Social Icône
  • Pinterest